Cette page utilise Javascript. Soit votre navigateur ne soutient pas Javascript, soit il a été désactiver. Pour voir cette page comme elle a été conçu, priez utiliser un navigateur ou Javascript est activé.

Photos de classe
Accueil > Nos Activités

Les habitudes alimentaires aux Philippines et aux USA, par Pinky Cupino et Kristie Bliss

Différences et similarités à travers le monde

Delphine Leroux-Astier

28 mai 2008



Pinky Cupino, Directrice du Center for Positive Futures – Manille – et Kristie Bliss, Proviseur du lycée de Cortland, réagissent aux présentations des lycéens sur "le grand désordre alimentaire" et témoignent des enjeux dans leurs pays.



Pinky Cupino

La situation alimentaire aux Philippines

Mange-t-on avec les doigts aux Philippines ? La situation en terme d’alimentation n’est pas la même pour tous les Philippins ; elle diffère selon le contexte social et géographique. La situation diffère selon que les communautés sont dans les montagnes (Upland) ou dans les plaines (Lowland). Dans les montagnes, la plupart de la population ne mange pas de riz ; mais des bananes, des tubercules (patates douces), du maïs ; ils n’ont donc pas besoin de cuillère ni de fourchette ; personne n’est obèse ! il n’y a pas de Mc Donalds ! Dans les plaines, où vivent 80 % de la population, les gens mangent du riz trois fois par jour ; sauf s’ils ne peuvent pas se le permettre – ils mangent alors du riz une fois pas jour et mangent ensuite des nouilles, qui n’ont aucune valeur nutritionnelle. Ceux qui mangent du riz mangent avec cuillère et fourchette. Une minorité de fermiers préfère manger avec les doigts car ils mangent plus ; les familles riches utilisent couteaux et fourchettes, au lieu de la cuillère.

A propos des pesticides, de l’agriculture biologique et des OGM Seuls peu de gens sont conscients de ces enjeux ; ceux qui en ont entendu parler sont les gens cultivés-. Récemment, un mouvement émerge, qui s’oppose aux dérives de l’agriculture, notamment aux OGM et aux pesticides.

Kristie Bliss

Les habitudes alimentaires sont avant tout une question économique

La façon de se nourrir est une question reliée à l’économie. Il y a longtemps, tout était produit dans des petites fermes et les produits étaient biologiques. En devenant plus riches (globalement), les consommateurs américains ont voulu ignorer les saisons et les produits locaux, manger plus de viande, ce qui implique de produire plus de maïs et de graines. Aujourd’hui, les gens prennent conscience que ce type d’alimentation n’est pas sain ; la façon de se nourrir crée un fossé entre les riches et les pauvres. En plus de la question économique, se pose la question du temps disponible : dans les familles de la classe moyenne, les deux parents travaillent ; ils ont parfois même plusieurs travails et n’ont donc pas le temps de cuisiner. Un mouvement qui prône la médecine traditionnelle, l’acupuncture, se développe : mais surtout dans les milieux riches et cultivés.

A travers les différents témoignages et travaux de recherche, nous pouvons constater que dans chacun des pays le mode d’alimentation est aussi une question économique : malgré les différences entre les trois pays, que ce soit aux Etats-Unis, aux Philippines ou en France, les gens aisés ont plus facilement accès à une alimentation saine et équilibrée.

Deuxième présentation de Pinky Cupino Pinky nous présente deux PowerPoints, un sur le Center for Positive Futures et un sur l’expérience du Youth Festival (dont la deuxième édition a eu lieu en mai 2008), une rencontre nationale rassemblant des jeunes de tout le pays, issus de milieux sociaux et culturels variés.

Kristie Bliss nous parle du lycée de Cortland

A propos de Global Classroom Initiative Kristie Bliss nous parle du travail réalisé par les étudiants dans le cadre de GCI : celui-ci leur a montré que ce que nous faisons localement (« at the community-level ») a un impact sur le monde et que ce qui se passe dans le monde a un effet sur nos vies localement. Nous sommes tous différents et pourtant je vois beaucoup de ressemblances entre vous et mes lycéens de Cortland : vous avez les mêmes habitudes vestimentaires – sauf les pantalons qui tombent ! – la même gestuelle etc. Vous êtes nos leaders ; nous pourrions avoir un meilleur futur si nous travaillions tous ensemble. Nous espérons étendre notre programme à d’autres pays à travers le monde.

Kristie nous parle également du système scolaire à Cortland et des activités extra-scolaires dans le cadre du lycée : art, théâtre, musique, sport. Les sports pratiqués sont : footbal américain, “cross country”, basket, hockey sur glace, baseball, lacrosse, “track and field”. L’école de Cortland a aussi une équipe de natation et une équipe de bowling et de tennis. Pour les filles il y a : cross country, track, field hockey, basketball, volleyball, soccer, softball. L’écriture créative est devenue très répandue : chansons, poèmes etc.

Kristie nous fait déguster du sirop d’érable - “maple syrup”- et de la crème d’érable - “maple cream”-, qui sont des spécialités de Cortland.