Cette page utilise Javascript. Soit votre navigateur ne soutient pas Javascript, soit il a été désactiver. Pour voir cette page comme elle a été conçu, priez utiliser un navigateur ou Javascript est activé.

Photos de classe
Accueil > Nos Activités

Intervention sur l’Inde et les transports au Lycée Guynemer

Leslie Goovaerts

29 septembre 2011



Le 4 février 2011

Par Anastasia Angueletou, économiste



L’inde est un pays de contrastes, avec beaucoup de richesses mais aussi beaucoup de pauvreté. L’Inde compte environ 1 milliard d’habitants. On estime qu’en 2020, sa population dépassera celle de la Chine. Tout comme la Chine, le Brésil ou encore la Russie, c’est un pays qui se développe très vite. On le qualifie de "pays émergent".

La ville en Inde

L’urbanisation est un des phénomènes les plus importants de la fin du 20e et début du 21e siècle dans le monde et en Inde : concentration de la population dans les centres urbains et augmentation de la densité (nombre d’habitants au km²).

En 2001, 30% de la population indienne, soit 285 millions d’individus, habite en ville (villes de plus de 1 million d’habitants) mais plus de 60% habite dans des bidonvilles. Les Nations Unies estiment que la population urbaine indienne devrait représenter plus de 40 % de la population totale vers 2025-2030. La progression urbaine a augmenté de manière sensible à partir des années 1970, sous l’effet du développement économique important de l’Inde. Le revenu des ménages indiens s’améliore, et depuis cette date, le nombre de pauvres diminue. La population se concentre davantage dans les petites villes et les villes moyennes. En Inde, le terme de ville « petite ou moyenne » désigne des villes déjà immenses qui vont de 50 000 à 500 000 habitants.

La mobilité en Inde

L’urbanisation crée un besoin de mobilité, pour se déplacer du domicile au travail par exemple. Cette mobilité dépend de plus en plus de l’automobile. L’automobile a révolutionné la société. Elle permet une meilleure mobilité des personnes, une liberté dans les déplacements. On peut accéder plus facilement et plus rapidement à des biens et des services. Mais il y a des conséquences sur l’environnement par l’augmentation des émissions de CO2 dues au trafic élevé ; les villes sont aussi caractérisées par les embouteillages et le bruit.

De 1980 à 2005, les émissions de CO2 ont augmenté de 4.2 % par an. Le transport en véhicule représente la part la plus importante de consommation de pétrole dans le monde (50%). L’Inde est un pays qui n’a pas des gisements de pétrole, elle dépend donc des importations. La voiture en Inde est un signe de richesse, et la demande ne cesse d’accroître, ce qui pèse sur la demande en énergie du pays.

Les différents types de véhicules

La motorisation (nombre de voitures et motos) dans les villes indiennes croit plus vite que le rythme de l’urbanisation (population).

Les études montrent un changement de comportement des individus, d’une société où on se déplaçait davantage avec des transports publics, et où maintenant les gens se déplacent de plus en plus avec des véhicules privés motorisés. Les motos, surtout, et les voitures, deviennent les 2 formes majoritaires de déplacement, au détriment de la marche à pied et du vélo.

Depuis les années 1980, l’utilisation des motos se généralise, notamment dans les petites et moyennes villes indiennes. On explique le développement des 2 roues à cause d’un mauvais service public de transport en commun. Ce type de transport concerne surtout la population jeune, les 20-35 ans. C’est un moyen de transport peu cher.

De 1980 à 2005, le nombre de véhicules en Inde a augmenté de 15 fois, passant de 5.36 millions de véhicules à 81.5 millions. 30 % de ces voitures sont en ville. Ce sont des villes comme Delhi et Bangalore (qui se développent) avec un réseau de transport public de mauvaise qualité qui ont connu l’augmentation du nombre de voiture la plus importante. Alors que des villes comme Mumbai (Bombay) ou Kolkata (Calcutta) avec un meilleur réseau ont eu une augmentation moindre.

La Tata

Le groupe TATA est une grande entreprise indienne familiale, encore gérée par le petit fils du créateur de la société. Elle possède des sociétés dans plusieurs secteurs : hôtels, communication, chimie, métallurgie, services financiers et bancaires, thé, télécommunication, etc. Tata Motors est la plus grande entreprise de voitures en Inde. Elle a été créée en 1945. En 2008, Tata Motors a racheté Ford (USA) les groupes Jaguar et Land Rover. Tata Motors essaie de conquérir un marché indien gigantesque et en pleine expansion, avec un produit utile et abordable.

Le concept de la Nano revient à l’industriel indien Ratan Tata. Observant les deux-roues qui circulent dans les rues de Kolkata, transportant jusqu’à quatre personnes, des familles entières, son idée était de concilier les exigences de sécurité avec les possibilités financières de ces familles : avoir un modèle qui combinerait la légèreté et le prix d’un scooter avec la stabilité d’un quatre-roues.

La Tata nano est une voiture de petit format - 3,10 m de long, 1,50 m de large et 1,60 m de hauteur et 5 portes (4 places et une vraie carrosserie). S’adressant à une clientèle modeste, elle offre une consommation d’essence faible et surtout, un prix de vente plus compétitif que jamais (100.000 roupies, soit 2.500 dollars ou 1.700 euros).